• <?xml:namespace prefix = v ns = "urn:schemas-microsoft-com:vml" /><v:shapetype id=_x0000_t75 stroked="f" filled="f" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" o:preferrelative="t" o:spt="75" coordsize="21600,21600"><v:stroke joinstyle="miter"></v:stroke><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></v:f><v:f eqn="sum @0 1 0"></v:f><v:f eqn="sum 0 0 @1"></v:f><v:f eqn="prod @2 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @0 0 1"></v:f><v:f eqn="prod @6 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="sum @8 21600 0"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @10 21600 0"></v:f></v:formulas><v:path o:connecttype="rect" gradientshapeok="t" o:extrusionok="f"></v:path><?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:lock aspectratio="t" v:ext="edit"></o:lock></v:shapetype><v:shape id=_x0000_s1026 o:allowoverlap="f" alt="" type="#_x0000_t75"><v:imagedata o:title="supertoinette_mini" src="file:///C:\DOCUME~1\DANIEL~1\LOCALS~1\Temp\msohtml1\01\clip_image001.gif"></v:imagedata><?xml:namespace prefix = w ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:word" /><w:wrap type="square"></w:wrap></v:shape> 

    L'origan (Origanum vulgare)
     

    Famille des lamiaceae, dit aussi marjolaine sauvage
    Elle est originaire du Bassin Méditerranéen (Turqie, Crète, Chypre, Liban, Sicile).

    Nom botanique: origanum majorana.

    On l'appelle aussi marjolaine à coquilles, marjolaine officinale ou marjolaine des jardins.
    C'est une plante aromatique à feuillage semi-persistant utilisée comme plante annuelle.
    On utilise les feuilles comme condiment.
    Sa taille peut atteindre 80 centimètres.
    Depuis l'Antiquité, on emploie l'origan en infusion, en décoction voire en cataplasme pour soigner de nombreux maux de la vie quotidienne. Ainsi, on reconnaît à l'origan un pouvoir antalgique. Cette action anti-douleur s'associe à ses vertus antiseptiques et antispasmodiques. Il est donc incroyablement efficace en cataplasme pour assainir des plaies et des morsures, ou pour soulager des muscles contractés. C'est d'ailleurs ainsi que les Grecs ont commencé à l'utiliser.

    En outre, il a une action stimulante sur les fonctions digestives et biliaires. Boire son infusion permet alors d'éviter les désagréments d'un repas trop copieux ou tout simplement d'une digestibilité fragile.

    Enfin, l'origan, tonique à souhait, est un véritable coup de fouet contre les maux de l'hiver. Expectorant et antitussif, il est l'allié des enrhumés et des personnes sujettes  à des bronchiques chroniques. On constate même une action bénéfique sur l'asthme.
    L'huile essentielle dont l'origan regorge, est très utilisée, quant à elle, en aromathérapie, pour ses vertus antibactériennes et anti-parasitaires, notamment. En diffusion ou en friction (diluée à de l'huile végétale dans ce cas, car très irritantes pour la peau), elle procure un soulagement immédiat.
    Historique

    L'origan est originaire du bassin méditerranéen et sa cousine la marjolaine vient de plus loin : le sud-ouest de l'Asie. Maintenant, il sont tous deux cultivés dans de nombreux pays.
    Symbole de bonheur et de joie, les jeunes mariés grecs en portent des couronnes tressées. Les grecs et romains l'utilisent surtout comme parfum, désinfectant et conservateur, ils les diffusèrent dans toute l'Europe.
    La Mythologie grecque nous raconte comment l'origan est né : Amarakos, domestique du roi de chypre, échappa un jour un flacon de parfum très onéreux, et se cacha pour échapper au châtiment. Mais pour le punir, les Dieux le transformèrent en Origan...

    • L'origan poussant sur une tombe empêche le repos du défunt, il faut absolument le détruire
    • D'après la mythologie romaine, Vénus est la première à cultiver l'origan dans son jardin
    • D'après, Aristote l'origan est un anti-venin
    • Au XVIème siècle, on porte de petits bouquets de marjolaine sur soi pour se protéger de nombreux fléaux dont la peste
    • Angleterre : lorsqu'une jeune fille hésitait sur le choix de son futur bien-aimé, on lui conseillait de s'enduire d'un mélange de marjolaine, thym et absinthe, le jour de la saint-Luc, pour rêver de son futur mari.
    Vertus
    • Antiseptique (fort taux en thymol)
    • Favorise la digestion
    • Contre les rhumes (infusion)
    • Calme la nervosité

    1 commentaire
  • Chénopode blanc
    ( Chenopodium album )
    ( Chénopodiacées )
    Synonyme(s) : Ansérine, Poule grasse, Patte d'oie
    Origine du nom latin : album : lat. albus, blanc
    Altitude : dépasse 1500 m.
    Taille : de 0,40 à 1,50 m.
    Floraison : de juin à octobre.
    Cycle de vie : annuelle.
    Toxicité : comestible.
    Habitat : champs (surtout betteraves), jardins, terrains vagues, décombre, bord des routes.
    Fleurs : voir "feuilles".
    Feuilles : feuilles dentées couvertes de pruine blanche, tout comme l'inflorescence (aspect farineux).
    Tige : tige anguleuse.
     

    Utilisations culinaires : elle était autrefois consommée comme légume, ses jeunes feuilles étant préparées à la manière des épinards.
    Le fait d'être cultivée comme légume dès l'époque préhistorique a aidé à sa dispersion.
    Consommer les feuilles et les extrémités des tiges, cuites comme des épinards. Si la plante porte des graines, les enlever avant consommation. Les jeunes tiges sont à consommer comme des asperges.

    Cette plante est apparentée à l'épinard et elle contient plus de fer et de protéines que l'épinard et le chou, et plus de vitamines B1 et de calcium que le chou cru. C'est un aliment important pour les peuples préhistoriques de l'Europe et, même s'il est souvent remplacé par l'épinard, il sert encore de nos jours en Irlande et dans les îles Hébrides, comme cela s'est fait dans plusieurs parties de l'Europe pendant les famines de la Seconde Guerre Mondiale. Lorsque les vivres se faisaient rares, Napoléon faisait appel à cette plante pour nourrir ses armées au cours de ses campagnes européennes.


    1 commentaire
  • Rumex acetosa : le nom scientifique de l'oseille résume bien la plante : rumex = 'en forme de pique, de lance' en allusion à la forme de ses feuilles, acetosa = 'acide' comme son goût caractéristique. Son vernaculaire provient lui aussi du latin 'acidus', qui en se transformant petit à petit donne en vieux français 'Osille' puis 'Oseille'.

     Originaire d'Europe, ou elle pousse encore à l'état sauvage. L'oseille était néanmoins connu en Egypte antique où elle faisait, et fait toujours, part de la cuisine traditionnelle. Pour les romains, l'oseille avait un goût trop rude et pour Plaute elle est à mettre 'au nombre des herbes qu'entassent certains cuisinier mal habiles...'

    Jusque là produit de la cueillette, elle apparaît comme plante cultivée au Moyen Age en même temps qu'elle entre dans la cuisine française. Le Moyen Age est l'age d'Or pour l'Oseille, elle apparaît en bonne place dans le Viandier de Taillevent, maître queux médiéval. En 1587, A.Mizauld nous dit :

    'On s'en sert pour mettre es potages et pour donner goust es salades ;
    mesme on en fait de la sauce verde pour y tremper la chair
    qui est de fort bon goust et resveille merveilleusement l'appétit :
    et on ne fait guères festin qu'il n'en y ait '


    L'oseille atteint sont apogée au XVIIe siècle, aussi bien comme aliment que comme médecine, et cela jusqu'au milieu du vingtième siècle...

    Vertus

    • apéritive
    • diurétique (décoction des graines et racines)
    • dépurative,
    • laxative
    • digestive & stomatique
    • antiscorbutique & tonique (grâce à la vitamine C)
    • antioxydante
    • contre les problèmes de peau (acné : en cataplasmes, gale & dartre : décoction de graines et racines)


    ATTENTION : A cause de son fort taux en acide oxalique, il ne faut pas abuser de l'oseille, et il est déconseillé à certaines personnes ( calculs rénaux, hépatique, arthrites...).

    L'oseille des prés est spontanée et courante dans la campagne française et dans toutes les zones tempérées. Bien qu'elle possède un pollen allergisant, on utilise ses feuilles acidulées comme légume ou comme herbe aromatique.

    • Crues, les jeunes feuilles et pousses parfument agréablement les salades.
    • Cuites (fondues au beurre ou ébouillantées), les feuilles servent dans les soupes, omelettes ou comme base de farce pour divers poissons ( recette datant du Moyen-Age).
    Certain l'utilise pour faire une boisson rafraîchissante en l'infusant à froid dans de l'eau sucrée. En Laponie, l'oseille sert comme présure pour faire du fromage. On peut aussi la transformer en une teinture jaune vert avec un mordant à l'alun...
    Néanmoins, elle ne semble pas connue des médecines traditionnelles chinoises et indiennes (Ayur-veda).

    Elle a aussi laissée son nom dans quelques expression populaire :
    • 'faire oseille' : se moquer de quelqu'un, le duper. Le contraire : 'ne pas se laisser faire oseille'
    • 'de l'oseille' : de l'argent, (en comparaison des feuilles avec les billets de banque ?)
     Deux petites recettes avec l'oseille sauvage
     
    Far à l‘oseille
    Ingrédients, pour 6 personnes: - 2 kg de feuilles d'oseille épluchées (débarassées de leurs côtes) lavées et essorées.- 250g de mie de pain imbibée dans du lait - 4 gros oeufs extra frais     - 1 gros bouquet de ciboulette - 1 gros bouquet de persil - 3 échalotes émincées  (facultatif) - 2 petites gousses d'ail émincées  - gros sel  - poivre du moulin  - 20cl de crème ou de beurre 
    Dans une cocotte, faites réduire les feuilles d'oseille, jusqu'a obtention d'une purée.  Dans une jatte, écrasez bien la mie imbibée de lait, à la fourchette, puis incorporez les oeufs, un à un, en mélangeant bien.  Ajoutez, l'ail, les échalotes (personnellement, je n'en mets pas), les bouquets émincés (j'adore, je mets la dose d'herbes!), 5 pincées de gros sel, poivrez de trois tours de moulin.  Versez cette farce sur l'oseille dans la cocotte. Bien mélanger le tout. Ajoutez la crème ou le beurre, pour plus d'onctuosité et de douceur. Cuire à feu doux environ 15/20 minutes en tournant sans arrêt, pour ne pas que cela "prenne" au fond.  
    Facultatif...mais délicieux :  On peut ajouter à cette purée, des petits lardons bien grillés, revenus dans la poele, qu'on aura pris bien soin d'égoutter ( je n'en mets pas )

    Potage à la petite oseille
    4 bonnes poignées de petite oseille 4 pommes de terre 1 verre de lait  1 oignon 2 cuillères à soupe de crème fraîche sel, poivre 1 noix de beurre 2 jaunes d'œufs  La petite oseille sauvage remplace volontiers l'oseille cultivée pour en faire une soupe de santé acidulée très rafraîchissante.Équeutez soigneusement les feuilles d'oseille. Coupez-les en petits morceaux et faites-les fondre dans un peu de beurre. Ajoutez pommes de terre, oignon et lait, assaisonnez et couvrez d'eau. Laissez cuire. Passez au presse-purée.
     Avant de servir, faites une liaison avec les jaunes d'œufs, ajoutez une noix de beurre et versez dans une soupière au fond de laquelle vous avez disposé des croûtons grillés.


     


    2 commentaires

  • BERCE

    Heracleum sphondylium

    Famille des Ombellifères


    NOMS COMMUNS :

    Grande berce, Fausse acanthe, 

    Herbe du diable, Patte d'ours, Patte d'oie, 

    Ursine 


    CONSTITUANTS PRINCIPAUX :

    Différents glucides, une essence, vitamine C


    PARTIES UTILISÉES :

    Les feuilles, les racines et les semences


    DESCRIPTION :

    La berce est une plante bisannuelle ou vivace, à racine pivotante, un peu rameuse, blanche. La tige, dressée, haute de 1 à 2 mètres, est grosse, cylindrique, striée, velue. Les feuilles alternes, sont très grandes, velues, à 3 ou 5 lobes pétiolés, élargies, dentées, à terminal cordiforme. Les fleurs blanches sont groupées en larges ombrelles terminales. Le fruit est ovoïde, comprimé et strié sur la longueur.


    CULTURE ET RÉCOLTE :

    La berce est abondamment répandue dans toute l'Europe, elle préfère les endroits frais, les haies, les bords des ruisseaux. On peut la semer au printemps et la repiquer à maturité. Elle peut également se cultiver par éclat des touffes. Récoltez les feuilles avant la floraison et étalez-les dans des endroits secs et aérés.


    PROPRIÉTÉS : 

    - Diurétique- Aphrodisiaque- Tonique- Vermifuge- Hypotensive


    INDICATIONS : 

    - Hypertension- Règles douloureuses- Rhumatismes- Digestion- Appétit sexuel 


    UN PEU D'HISTOIRE : Certains attribuent le nom du genre Heracleum au demi-dieu Héraclès (devenu Hercule chez les Romains) à cause de la très grande taille de la plante et de l'impression de force qu'elle dégage.

    ATTENTION : 

    Comme le céleri, qui est de la même famille, la berce est photosensibilisante et peut donc provoquer, à haute dose, des manifestations allergiques lorsqu'on s'expose au soleil après en avoir consommé. Mais il faut en prendre beaucoup pour courir un risque grave. En outre, les feuilles matures peuvent provoquer, chez certaines personnes, une irritation cutanée qui est, par contre, tout à fait passagère. Pour ces raisons, avant de se lancer dans un processus relativement exigeant comme la lacto-fermentation, il serait préférable de tester sa résistance à la plante. 


    4 commentaires
  •  

    CHENOPODE BON HENRI


    Famille des Chénopodiacées
    Cueillette : feuilles, avril-novembre
                    inflorescences, juillet-septembre
                    graines, août-octobre
    Habitat : décombres, bords des chemins, abords des chalets d'alpages et des habitations,
         reposoirs-lieux fumés.
    Particularités de la plante :
         - vit surtout en montagne,
         - feuilles triangulaires au toucher farineux,
         - appelé aussi épinard sauvage,
         - forme parfois des colonies très importantes.
    Propriétés médicinales : émollient et légèrement laxatif.
         En usage externe, on confectionne avec ses larges feuilles des cataplasmes émollients et résolutifs.
    Elle est indiquée contre l'anémie car riche en fer.
    Les feuilles hachées et appliquées sur les abcès et les furoncles les font mûrir par l'action du mucilage.
    Les graines ont une action laxative légère et sans danger : utiliser 10 g de semence par tasse en infusion.

    Utilisations culinaires :
         - jeunes feuilles en salades.
         - feuilles âgées en légumes cuits comme les épinards, ou en soupe.
         - jeunes inflorescences cuites à la vapeur et servies avec une sauce à la façon des asperges.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique