• Dans ma dernière balade, j'avais recueilli une petite poignée de poireaux sauvages... J'avais même réussi à casser mon opinel en essayant de bien prendre la tête du poireau avec ses racines (et souvent ses petites bulbilles) dans un sol sableux...

    Alors, cette fois-ci, j'ai fait cuire les poireaux avec quelques pommes de terre coupées en deux... jusqu'à ce que le couteau s'enfonce bien dedans.

    Et j'ai rajouté une sauce au yaourt à cette assiette de fraîcheur.

    Je constate que les poireaux sauvages ont un goût plus prononcé que les poireaux cultivés et ce n'est pas fait pour me déplaire.


    votre commentaire
  • Une nouvelle cueillette de poireaux sauvages et aussi de fausse roquette blanche..... Et je les ai rajoutés à ma soupe aux légumes régulière.

    Avec 2 pommes de terre, 2 carottes, 1 courgettes, quelques poireaux sauvages, quelques feuilles de roquette et un bouillon cube dans une casserole d'eau chaude salée....

    Délicieux pour le soir. J'ai rajouté quelques fleurs de roquette pour le plaisir.... en attendant le printemps.


    votre commentaire
  • Comme il n'y a pas encore beaucoup de plantes sauvages,  j'ai fait une tarte aux épinards en boîte.

    J'ai utilisé une pâte à tarte feuilletée, une petite béchamel avec du lait en poudre allégé, deux cuillers à soupe de maïzena, jai rajouté les épinards égouttés, une petite pincée de gruyère râpé, deux oeufs et une lichette de crème et des petits cubes d'épaule de porc (un peu moins gras que le petit salé).

    J'ai enfourné la tarte pendant 25 minutes dans un four pré-chauffé à 180°.


    votre commentaire
  • Chez les foodies, j'ai trouvé une recette qui m'intéressait.

    "tarte-sans-pate-ma-facon-aux-poireaux-sauvage-et-au-saumon", sauf que je n'ai pas de saumon.
    Par contre, ce qui m'intéresse, c'est de mélanger une béchamel avec des blancs d'oeufs montés en neige.

    Je vais donc faire une petite tarte salée sans pâte avec une béchamel au maïs et des blancs d'oeufs montés en neige.

    Donc, j'ai fait cuire mes poireaux sauvages 10 minutes.

    J'ai fait une béchamel avec 4 cuillères de lait en poudre écrémé,  4 cuillères à soupe de maïzean, 1cuillère à soupe de margarine et de l'eau chaude que j'ai intégré progressivement à l'appareil au fur et à mesure qu'il s'agglomérait.

    Cela a donné une béchamel onctueuse.
    Par ailleurs, j'ai séparé les jaunes des blancs de 3 oeufs. Et monté les blancs en neige.

    A la béchamel tiédi, j'ai rajouté du sel, du poivre et une pincée de noix de muscade, les 3 jaunes d'oeufs et du gruyère râpé.
    Puis j'ai itégré "en douceur" les blancs en neige pour qu'ils ne retombent pas.

    Et j'ai mis l'appareil dans un moule à flanc dans mon four pré-chauffé à 180° pendant 30 mn.

    Et ma foi, le résultat est intéressant.


    votre commentaire
  • J'ai repris des balades régulières, dès que le temps le permet. En Camargue, principalement lorsque le vent n'est pas trop fort.
    En effet, il y a souvent des éclaicies et le soleil pointe le bout de son nez, mais ce qui est terrible, c'est le vent qui rend désagréable une promenage quand il est trop violent.

    Donc, aujourd'hui, le vent était relativement fort mais le soleil éait de la partie. 

    J'ai pu ramasser une douzaine de poireaux sauvages. Dans le sud, on les appelle aussi barraganes ou poireaux des vignes.

    Je les ai préparés en les lavant bien, une deuxième eau vinaigrée et une troisième parce que je trouve que le bord du lac de Salonique est quand même bien fréquenté par les chiens.

    Je les ai coupés en petits tronçons et fait cuire dix minutes.

    Que faire avec ?

    - En vinaigrette, comme les poireaux cultivés, classiquement.

    - Dans une tarte salée.

    - S'il y en avait un peu plus, j'aurai pu faire un gratin de poireaux avec une béchamel et du râpé.

    - En omelette.

    Allons faire un petit tour sur le net pour puiser quelques idées.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique