• Mon nom' n'est pas un fan de la courge. Alor dans je cherche des astuces pour lui en faire manger sans qu'il s'en aperçoive.

    Cette fois-ci, j'avais un restant de pain rassis que je devais utiliser.

    Alors, j'ai d'abord fait tremper le pain aux céréales dans de l'eau pour le ramollir.

    J'ai ensuite rajouter la courge râpée cuite, 2 oeufs et un peu de lait de soja. J'ai fait tremper quelques raisins secs dans un fond de rhum. Et une fois qu'ils étaient réhydratées, je les ai rajoutés à la préparation.

    Enfourner pendant trentaine de minutes.... Pour un résultat gouteux.


    votre commentaire
  • Premier essai pour moi de panna-cota.

    Avec du lait d'amande, de la crème de soja et une demi-cuillère àcafé d'agar agar. J'ai porté à ébullition en fouettant sans arrêt.

    Je l'ai versé dans un verre et l'ai mis au réfrigérateur pendant un moment. Juste avant de servir, j'ai rajouté un petit peu de coulis de fruits rouges. Et ma foi, c'était léger et frais.


    votre commentaire
  • Je vous présente le diplotaxis fausse roquette (Diplotaxis erucoides), appelé aussi roquette blanche ou fausse roquette.

    C'est une plante appartenant à la famille des Brassicacées (ou Crucifères) et au genre Diplotaxis. Surtout répandu en Méditerranée occidentale, il présente la particularité de fleurir abondamment en hiver. Cette adventice des cultures (vignes notamment) tapisse le sol de ses fleurs blanches, ne rencontrant comme voisin que le séneçon du Cap, autre adventice redoutable qui fleurit toute l'année. La comparaison avec la roquette, outre le fait qu'il s'agisse de deux brassicacées assez proches, est liée à la forme des feuilles pennatilobées.

    C'est une des seules plantes sauvages qui poussent et fleurissent en ce moment.

    Elle a vraiment une odeur de choux et est bonne à cuire. On peut aussi utiliser ses feuilles et ses fleurs dans les salades.

    Un peu plus tard, apparaîtra la roquette aux fleurs jaunes.

     


    votre commentaire
  • Dans ma dernière balade, j'avais recueilli une petite poignée de poireaux sauvages... J'avais même réussi à casser mon opinel en essayant de bien prendre la tête du poireau avec ses racines (et souvent ses petites bulbilles) dans un sol sableux...

    Alors, cette fois-ci, j'ai fait cuire les poireaux avec quelques pommes de terre coupées en deux... jusqu'à ce que le couteau s'enfonce bien dedans.

    Et j'ai rajouté une sauce au yaourt à cette assiette de fraîcheur.

    Je constate que les poireaux sauvages ont un goût plus prononcé que les poireaux cultivés et ce n'est pas fait pour me déplaire.


    votre commentaire
  • Une nouvelle cueillette de poireaux sauvages et aussi de fausse roquette blanche..... Et je les ai rajoutés à ma soupe aux légumes régulière.

    Avec 2 pommes de terre, 2 carottes, 1 courgettes, quelques poireaux sauvages, quelques feuilles de roquette et un bouillon cube dans une casserole d'eau chaude salée....

    Délicieux pour le soir. J'ai rajouté quelques fleurs de roquette pour le plaisir.... en attendant le printemps.


    votre commentaire